Posté le 21/07/14 dans Autour de la féminité, Discussions en vidéos.

Random Talk – Qu’est-ce que la féminité?

 
Dans le random talk de ce mois-ci, nous parlons de la féminité. Qu’est-ce que cela signifie d’être une femme? Est-ce différents d’être féminine? Qu’est-ce que la féminité?


 

 

Le principe des random talks?

 
Chaque mois, je choisi un sujet que je trouve intéressant et sur lequel j’ai fait une réflexion personnelle. Je vous en parle en vidéo sur un format qui se veut simple et décontracté sachant qu’il s’agit de mon avis à un moment donné et qu’il peut évoluer/changer avec les mois et les années. Ce sont des sujets pour lesquels il n’y a pas une vérité universelle ou une seule bonne façon de voir les choses. Nous avons surement tous des avis différents et c’est bien pour cela que c’est intéressant d’en parler. Le but de ces vidéos n’est pas de vous convaincre que j’ai raison de penser telle ou telle chose mais plutôt de faire réfléchir sur un sujet. Je suis sure que beaucoup d’entre vous ont des choses intéressantes à dire sur ces sujets également et que partager nos opinions est enrichissant pour tout le monde. J’espère éveiller la curiosité de certains et leur donner envie d’amorcer leur propre réflexion sur des sujets variés sur lesquels ils ne s’étaient pas arrêtés avant.
 
Les autres random talks: ici.
 
N’hesitez pas à utiliser le hashtag #RandomTalkSSB pour partager vos avis sur les réseaux sociaux. =)

74 commentaires

Laisser un commentaire

  • julien selignac dit :

    re-bonjour!
    j’aime bien ton idée de partir de définitions de base, ça produit souvent des choses intéressantes (comme ici où on se rend compte que la féminité est lié par le dico au physiologique, alors que je la rattacherais plutôt au psychologique)
    il me semble que tu crois beaucoup en toi… je suis toujours assez admiratif de cela quand je le vois chez les autres.

  • ZonEnWolk dit :

    C’était bien intéressant tout ça ! Je suis d’accord avec toi sur l’ensemble de ta réflexion. Après, je me demande si notre avis est vraiment objectif ou s’il naît d’une volonté que « tout le monde soit content », d’un trop plein de tolérance ?

    Pour l’article de « femme actuelle », quel mépris j’ai pour ce genre de papier ! Tellement superficiel, absolument pas profond, qui nous apprend rien, totalement cliché. J’ai l’impression que c’est un copié-collé qui perdure.

    C’est cool que tu fasses des vidéos qui nous poussent à réfléchir. A la fin, je me dis toujours « Quoi ?! Non déjà ?! »

    A la prochaine !

  • Agnès dit :

    Vidéo et sujet très intéressants qui amène à s’interroger, se questionner sur soi et sur ses jugements.
    J’ai beaucoup apprécié, notamment parce que je fais partie de ces jeunes filles qui se maquillent peu, qui ne portent pas de robes tous les jours mais qui ne se sentent pas moins femme pour autant.
    Ta vidéo a également fait écho à une phrase qu’on m’avait adressée, lorsque j’étais au collège : « toutes les jolies filles se maquillent », sous entendu « tu ne te maquille pas, tu n’es pas jolie ». Je me souviens qu’à l’époque je m’étais posée beaucoup de questions suite à cette réflexion, me demandant si j’étais normale, etc. Avec le temps, j’ai appris à m’aimer avec ou sans maquillage, à n’en avoir rien à faire et ça fait vraiment du bien!

  • Clémence dit :

    Qu’est-ce que j’aime tes Random Talks, tu me fais réfléchir à chaque fois ! (oui parce que d’habitude mon cerveau ne sert qu’à remplir ma boîte crânienne ;) ).
    C’est une question sans réponse qu’on aborde ici je pense, c’est comme « qu’est-ce que le bonheur ? », pour moi il y a autant de façons d’être une femme que de femmes et cette féminité varie d’une personne à une autre, je serais donc bien incapable d’en donner une définition exacte comme M.Larousse. Je peux aussi bien trouver féminine une working girl très classe que l’agricultrice dans son champ en cote donc ce n’est pas une question d’apparence (comme certains magasines bidons veulent nous le faire croire)… c’est imperceptible : un regard, un geste ou je ne sais quoi qui trahit que cette femme se sent femme. Pour moi, c’est un truc intérieur, profond qui est inné chez certaines et se construit et s’apprend chez d’autres comme on apprend à se connaître et à s’affirmer en tant que soi en grandissant.
    En tout cas ça m’a hérissé le poil (tiens, encore un truc pas féminin d’après les magasines … féminins justement …) le « on se sent féminine dans le regard d’un homme », mes fesses oui ! Je ne retire rien d’enrichissant du regard « d’un homme » mais des regards des êtres que j’aime et qui m’aiment oui … même si c’est le chien ;)

  • mélanie dit :

    Bonsoir à toutes!
    Peut-être que tout simplement la féminité ou être une femme est cette part de sensibilité qui est dans chacune d’entre nous, notre regard sensible aux éléments (à nos sens qui s’éveillent )qui nous entourent à cette fragilité qui émet dans chacune des femmes.
    La société nous oblige à se défendre, à avoir un comportement « masculin » si on veut avoir des hautes responsabilités par exemple, alors que l’essence même de la féminité est notre sensibilité, notre belle fragilité à mon sens (mise à dur épreuve)Je me répète ^^. Merci Esther pour tes vidéos !

  • Chibi dit :

    Oui, je n’ai pas eu le temps de suivre tous mes abonnements youtube depuis les vacances, j’avoue ^^ Super alors =) merci!

  • kenza dit :

    Coucou !
    Tu me dis que pour toi la feminité est un ressenti qui s’aquiert au cours du temps. Personnellement je trouve que la notion meme de feminité implique une appartenance a un genre, ce que tu sembles critiquer. De plus tu dis que ta chaine est consacrée a la feminité en general (donc tu associes le maquillage, l’image de soie et tout les sujets dont tu parles sur ta chaine au genre féminin). J’ai du mal a expliquer clairement que j’y vois une enorme contradiction. Je ne comprend d’ailleurs pas comment la feminité pourrait elle etre detachée d’attributs physiologiques ni comment un ressenti pourrait il etre qualifié de féminin (ou meme de masculin). Je pense que l’on se sent comme on se sent tout simplement et je n’aime pas cette idée de feminité qui va selon moi contre les idées d’égalité des sexes. Enfin bref ta video m’a bien fait pensé et je t’en remercie C: !

    • Esther dit :

      Non pas du tout. Je dis que la féminité s’approprie avec le temps mais que le genre est inné. On sait qu’on est une femme depuis toujours mais on est à l’aise avec cette idée avec le temps. Pour ma part j’ai mis beaucoup de temps à utiliser le mot « femme » pour me définir moi-même et pourtant je n’ai jamais eu de doutes sur mon genre. La féminité est associée, dans notre société, à des choses comme le maquillage (je ne metrai pas l’acceptation de soi par contre dans le « feminin »). Je ne suis pas d’accord avec le fait que le maquillage soit exclusif aux femmes, mais cela n’empêche que dans notre société il leur est associé. C’est comme ça que nous nous sommes toutes retrouvées ici à en discuter d’ailleurs. Je n’ai pas envie de repousser le maquillage ou tout autre attribue associé au féminin juste parce qu’ils sont des concepts sociaux. Je vis avec ma société et cela me convient très bien. Je ne veux pas m’en exclure, je veux juste la comprendre et participer à la rendre meilleure. Enfin bon… toutes proportions gardées car je ne suis pas en train de faire de grandes actions mais bon tu m’auras comprise je pense. =)

      Merci à toi d’avoir pris le temps de regarder et commenter cette vidéo. Passe une très belle journée. =)

  • Chibi dit :

    Ah oui, j’ai bien compris le principe des random talks, je ne dis pas que tu dis que c’est la vérité mais à mon tour, j’exprime ma perplexité vais-je dire par rapport à ça (si je peux bien entendu).

    Par contre, quelque chose qui n’a rien à voir mais ce serait possible de créer un fil de discussion dans les commentaires? Pour pouvoir répondre à ta réponse et ainsi de suite pour faciliter le fil de lecture?

    • Esther dit :

      Oui oui oui… C’est prévu. Tu ne l’as surement pas vu (je ne t’en veux pas hein) mais je l’ai mentionné plusieurs fois en vidéos et dans la FAQ. Je travaille dessus. Ce n’est pas facile à mettre en place car mon blog est entièrement fait par mes petites mains et ce n’est pas mon métier (je n’ai pas de webmaster). Mais je m’en occupe. Ça sera en place d’ici la rentré.

  • Chibi dit :

    Alors je comprends plus du tout… J’ai fait mon mémoire en partie sur la question du genre et sa définition, c’est justement que c’est un concept qui définit des relations sociales hommes-femmes hiérarchisées (et qui impliquent des inégalités) et qui varient dans les lieux et dans le temps. Donc c’est l’individu qui définit son genre d’après toute son évolution et son parcours de vie et pas quelque chose qu’il a en lui dès la naissance et qui va éclore. Du coup, associer le genre avec de l’inné, ça me paraît assez bizarre parce que ça va à l’encontre de ce que ce concept veut faire passer…

    • Esther dit :

      Il s’agit de vidéo d’opinion. Ce sont des sujets pour lesquels il n’y a pas « une vérité ». Je parle ici de la façon dont je vois les choses pas de la façon dont elles sont…

  • Laura dit :

    Je me permet de réagir à la réponse que tu as adressée à une abonnée juste en dessous « Je ne me reconnais pas dans un groupe a qui on associe des action et des opinions qui ne sont pas toujours les miennes. Non je ne suis pas FÉMINISTE mais plutôt ÉGALITARISTE, s’il faut vraiment me coller une étiquette car personnellement, je n’y tiens pas plus que ça. Les étiquettes mènent aux incompréhensions et aux extrêmes. Je pense être quelqu’un de tout sauf extrême. »

    Je ne comprend pas comment peux tu dissocier égalitariste de féministe ? car selon moi, on ne peut être égalitariste sans être féministe, ils réunissent à mon sens les mêmes principes. J’ai un peu l’impression qu’il deviens honteux de se désigner comme féministe…

    « je ne me reconnais pas dans un groupe a qui on associe des action et des opinions qui ne sont pas toujours les miennes. » J’aimerais bien connaitre ces actions et opinions avec lesquels tu n’est pas en accord, cela m’intéresserait beaucoup, vraiment.

    Sinon très bonne vidéo, comme d’habitude.

    • Esther dit :

      Merci, c’est gentil. Je suis contente que tu aies aimé.

      Je ne suis pas « pro-femmes »… « égalitariste » ne veut pas dire pour les femmes mais pour tous.

      Je n’ai pas du tout envie de débattre du féminisme ici car c’est un vaste sujet (qui me gonfle tellement il soulève les foules pour tout t’avouer). Je pense qu’en regardant mes vidéos, tu as de quoi connaitre mon opinion sur beaucoup d’aspects concernant les droits des femmes. Si je te dis avec quoi je ne suis pas d’accord dans le mouvement féministe tu vas vouloir argumenter (ce qui est normal) et je n’ai pas envie de débattre sur ce sujet car il est source de conflits. Je réfléchi à comment je voudrais l’aborder dans les prochains mois sur ma chaine. Je pense que c’est un sujet important dont il me faudra parler mais il prend souvent des airs de politique qui m’insupportent… Je refléchi donc en ce moment à comment je vais faire ça pour contourner ce problème…

  • GuapaSecrets dit :

    Coucou,

    J’avais bien envie de réagir sur cette vidéo, parce que je me sens concernée.
    Quand tu dis que mettre du rouge à lèvre ou des boucles d’oreilles ne fera pas de nous une femme, je suis plutôt d’accord sur le principe. Cependant moi quand je me maquille et que je mets une robe je me sens beaucoup plus féminine quand mettant un jogging par exemple, mais ça c’est sûrement dû à mon éducation et à l’image de la femme dans la société. Alors je pense que c’est un sujet vraiment complexe et vaste, ceci dit effectivement être féminine ne dépend pas que des artifices qu’on lui attribue habituellement, mais pour moi oui d’un point de vue purement personnelle. Enfin c’était très intéressant tout de même, et de toute façon notre société actuelle à encore beaucoup beaucoup de progrès à faire en ce qui concerne l’image de la femme, mais aussi celle de l’homme.

    Des bisous.

  • Julie dit :

    Salut Esther ! C’est la première fois que je laisse un commentaire sur ton blog !
    Je tiens à te dire merci pour cette vidéo ! Je suis en Master 1 de psychologie, et tout ce que tu dis c’est vrai, c’est plein de bon sens, et c’est ce que j’ai pu étudier en cours (le fait de différencier le genre, le statut, le rôle, le sexe biologique, etc) ! Je fais mon mémoire sur les troubles de l’identité sexuelle donc ta vidéo me parle énormément ;) C’est un sujet assez complexe mais tellement intéressant !
    Et merci de dire que nous sommes un ensemble de traits de caractères ! Beaucoup on encore du mal à concevoir que l’on a une partie de nous masculine et l’autre féminine (et par exemple que dans notre construction on a pu s’identifier inconsciemment à la partie masculine de notre mère, mais bref je m’emballe !),
    Enfin j’adore ta vidéo, merci de dire que la féminité nous est propre, que c’est dans notre « tête »,que c’est à nous de la construire, la choisir, de lui donner sa définition, mais que ce n’est pas à la société de nous l’imposer ! Nous adapter à une définition qui n’est pas la notre de nous aidera pas à nous sentir plus féminine !

  • Shéla dit :

    Ta vidéo m’a tout de suite fait penser à cet article : http://fr.wikihow.com/%C3%AAtre-une-fille-f%C3%A9minine
    En le lisant j’hésite toujours entre rire ou pleurer, le pire c’est que ce n’est pas une blague.

  • Somadeup dit :

    Oh yeah !! Tout à fait d’accord avec ce que tu as dit dans cette vidéo !
    D’autant plus qu’il me parait évident que lorsqu’une femme se sent féminine, non par ses attribut mais parce qu’elle le ressent, ça se voit à l’extérieur. Il nous arrive à toutes de croiser une femme dans la rue, habillée pas forcément ultra sexy, genre débardeur jean, mais forcément très maquillée, mais qui pourtant, dégage une grande confiance en soi et une sensualité affirmée. Je suis toujours hyper admirative (et jalouse :p) de ce genre de femmes. Elles savent ce qu’elles sont et l’assument sans artifice.

  • Coline H dit :

    Super sujet :).

  • Hana dit :

    Je suis d’accord avec beaucoup de choses que tu as dites dans cette vidéo. J’ai notamment été aussi choquée que toi par l’idée transmise selon laquelle être féminine c’est « susciter le désir dans le regard de l’homme » ou je ne sais quoi. Ça me laisse complètement pantoise de savoir qu’un magazine féminin puisse relayer des idées aussi défavorable pour les femmes (à partir d’idées comme ça on en vient très facilement à trouver ça flatteur de se faire harceler par des hommes par exemple, mais bon c’est un autre sujet).
    Mais c’est vrai qu’il ne faut pas se leurrer, le terme « féminin » est utilisé dans le langage courant comme synonyme d’attirante ou d’apprêtée (je suis d’ailleurs la première à utiliser ce terme dans ce sens). Alors que pourtant, je pourrais dire que je ne me sens rarement aussi « féminine » que quand je suis en jogging chez moi avec une gueule épouvantable et une barre dans le ventre à cause de mes règles, puisqu’un homme ne pourra jamais ressentir la même chose étant donné que c’est une situation intrinsèquement féminine. Et pourtant je suis évidemment loin de me sentir attirante dans ces situation là !
    Pourtant quand je dis ça, tu pourras me dire que dans ce cas je considère la féminité comme quelque chose de purement biologique/anatomique, ce qui va en contradiction avec ce que tu as dit dès le début de ta vidéo (distinction sexe/genre).
    Et c’est sur ce point que je m’éloigne de ton avis. Alors je ne prétend pas du tout avoir raison car je trouve que c’est un sujet extrêmement complexe, mais je me fis à mon ressenti et je ne suis jamais totalement satisfaite quand j’entends ce genre d’idées (en gros la théorie du genre). Je ne renie pas le cas des transsexuels, que je trouve d’ailleurs passionnant, mais même si cette solution ne me convient pas totalement je préfère mettre ce cas à part dans ma réflexion sur le sexe/genre/la féminité. D’abord parce que je d’après ce que je sais cela reste des cas très rares. Ensuite parce que je trouve que cela nous fait souvent aboutir à des conclusions dangereuses, à savoir qu’on se met à attribuer certaines caractéristiques comportementales ou de goût au genre masculin, d’autre au genre féminin, et que si votre sexe ne correspond pas à ce prétendu genre purement culturel, on vous met alors dans la catégorie des « transgenres » ? Exemple un peu caricatural mais si vous avez un vagin et que vous avec un esprit conquérant et aimez dire des grossièretés vous êtes transgenre ? Alors je sais très bien que ce n’est pas ce que dit la théorie du genre, mais je trouve qu’en forçant le trait on arrive bien à ce genre de conclusions. Et ce qui me gêne encore plus, c’est qu’on voit forcément les choses dans cette dualité féminin/masculin là où j’aimerai voir plutôt une infinité de genres, autant que d’êtres humains.
    D’ailleurs, je me demande souvent si les phénomènes de transsexualité ne surviennent pas justement parce que la société a développé ces catégories de genres très rigides et binaires.
    En gros, mon propos est : pourquoi ce serait si mal que ça de dire que le féminin et le masculin sont des réalités purement biologiques, et qu’il n’y a ensuite qu’une infinité de façon différentes d’exprimer ses goûts et son caractère ?

    • Esther dit :

      Bonjour Hana,

      Je comprends ce que tu veux dire avec ta réflexion sur le genre. Je ne pense pas que la société nous mette dans une catégorie transgenre. Je pense vraiment que la transsexualité est quelque chose auquel les individus concernés se sont identifiés tout seuls. Je suis totalement d’accord avec toi sur le fait que le genre n’est pas binaire. Il y a probablement autant d’identités qu’il y a d’individus comme c’est le cas pour beaucoup d’autre aspects de notre identité comme le fait de se sentir français ou de se sentir chrétien (ou autre croyance). Je crois l’avoir un peu dit en vidéo lorsque je disais que l’on a tous un certain nombre de traits de caractères associé au « feminin » et d’autres au « masculin » et que nous sommes des individus avec un ensemble de traits parmi ceux là. Effectivement, il existe des personnes qui spontanément se définissent comme transgenre car elles s’identifient au sexe opposé à leur sexe biologique mais j’imagine qu’il y a plein de gens pour qui la chose n’est pas si catégorique. On sait aussi à quel point la société et l’éducation à un rôle important dans le développement de notre personnalité et en particulier de notre genre.

      Merci d’avoir pris le temps de commenter (j’espère que tu m’excusera une nouvelle fois pour ce long délais de réponse).

      Bonne fin de journée,

      Esther

  • Chibi dit :

    Je ne suis pas d’accord quand tu dis qu’on peut naître femme dans un corps d’homme car comme tu l’as dit, c’est une question de genre et le genre, c’est une construction socio-culturelle, pas quelque chose d’inné. Enfin, je pense que tes mots sont peut-être sortis trop vite puisque tu parles de construction de l’identité tout au long de la vidéo ^^
    Moi j’aime bien les longs random talks en règle générale, c’est toujours aussi agréable de t’écouter =)
    A bientôt, bises

    • Esther dit :

      Non non, mes mots ne sont pas sortis trop vite. Je pense vraiment que le genre est quelque chose avec lequel on nait mais dont on s’approprie avec les années et en fonction de l’environnement socioculturel dans lequel on évolue. On nait « femme » mais c’est notre environement qui nous a appri à associé « femme » au rouge à lèvres. Meme si on est née « femme » cela peut nous prendre du temps avant de s’approprier l’utilisation du rouge à lèvres (ou meme simplement l’utilisation du mot « femme » pour se definir soit même). =)

  • Edwyge dit :

    Waw, en 2014 on est encore plein de préjugés comme ça …
    Si on voit du désir pour nous dans le regard d’une autre femme ou qu’on n’en voit pas / même si on se sent pas complètement bien dans sa peau / même si on s’habille-maquille comme on veut (et pas forcément dans les « normes ») : nous ne sommes donc pas une femme … ??
    Ce que je trouve terrible aussi c’est que quand on s’assume pleinement en tant que femme et que l’on parle féminité, on nous colle directement une étiquette de féministe frigide !
    Alors qu’ici aussi il existe différents styles de féministes. Comme dans tout il y a des « extrémistes » et celles qui restent correctes et ouvertes (au débat j’entend hein …) !

  • Coucou Esther !

    C’est toujours très plaisant de regarder tes vidéos, de lire tes articles, qui me redonnent un peu plus d’énergie à chaque fois. Je ne pense pas rentrer dans une certaine case quant à ma sexualité, je ne suis pas lesbienne, hétéro ou quoi, j’aime actuellement une femme, et « c’est tout ».
    Entre guillemets car tout le monde tente de m’y enfermer, dans ces cases. « Lesbienne », « Pas féminine » et même « L’homme du couple ». Cela en devient même une excuse, parfois. Pourquoi ne suis-je pas féminine ? Bah je suis lesbienne. On me dit souvent ça sur le ton de l’humour et j’en rigole, mais en y réfléchissant, et avant même de me demander pourquoi on me met dans une case ainsi, je me demande ce qui ne me rend pas féminine.
    Est-ce du coup, le fait d’être lesbienne ? Alors être féminine, ce serait attirer un homme, ou être attirée par un homme ? Est-ce le simple fait de ne pas me maquiller quotidiennement, de ne jamais porter ni jupe du robe ?

    Pourtant, ça m’arrive. Parfois, j’aime me lever un peu plus tôt pour me coiffer, me maquiller, prendre soin de moi, dans l’unique but de me sentir bien au cours de la journée. Et dans ce cas, j’ai également droit à des regards surpris. Genre, Léa, ça lui arrive de ressembler à une femme. Et on m’a déjà dit « Bah alors, tu veux ressembler à ta copine ? »

    J’en étais venue à me demander ce qu’était la féminité. Comment on sait si on est féminine ? Par réflexe, je voudrais dire que la société choisit si nous le sommes ou pas. Aujourd’hui, oui, je le pense. Sur moi, du moins.
    Ce sont eux qui me catégorisent. Je me sens femme et même féminine, pour autant, je ne pense pas l’être, simplement parce qu’on me l’a dit, et que c’est l’image que je renvoie.
    Je trouve cela triste…

    Merci encore pour cette vidéo qui m’a fait comprendre que je ne suis pas celle que les gens voient, je ne suis pas celle qui veulent que je sois, mais je suis celle que j’ai envie d’être. Je me sens féminine donc je le suis. Ça reste difficile à accepter, j’en suis pas toujours convaincue, mais je tente de me le répéter régulièrement, et ça fait un bien fou !

    Plein de bisous ♥
    Léa

    • Esther dit :

      Bonjour Léa,

      Je trouve ton commentaire hyper interessant. Je ne suis pas etonnée par ce que tu dis. Merci d’avoir pris le temps de comemnter. Et oui tu as raison! Tu es féminine car tu te sens féminine! ;)

      Bisous!

  • Bonjour Esther, quelle super vidéo! J’aime beaucoup le cadre, ta façon de parler et les sujets que tu développe dans tes Random Talk!
    Pendant longtemps et jusqu’à peu j’étais vraiment ancrée dans ces clichés de la femme féminine par les attributs; le maquillage, les cheveux longs, les talons, les robes, les jupes, le rouge.. Même que des fois je me sentais mal à l’aise où pas du tout féminine à cause de ces codes que la société à développée.
    Aujourd’hui j’ai trouvé ce qu’était pour moi la féminité, MA féminité. Je me sens féminine en jean/baskets, maquillée ou non, les cheveux plus courts, coiffés ou pas, épilée ou non, douce ou exaspérante. Ce n’est pas quelque chose de constant selon moi, je peux me sentir féminine aujourd’hui et demain ne plus l’être si je ne suis pas en accord avec moi-même. Pour moi être féminine ce n’est pas chercher un compromis entre ma personnalité et celle des autres; c’est se sentir belle et bien de l’intérieur. En fait c’est compliqué à poser des mots sur quelque chose d’insaisissable et d’unique pour chacun d’entre nous. J’espère que tu m’aura comprise :)
    Bisous

  • WEHRLE Marie dit :

    Je me permets de relaisser un commentaire en plus, pour te répondre, vu que le sujet m’intéresse beaucoup :)

    Tu m’expliques qu’on a pas à prouver que nous sommes des femmes, et je suis plutôt d’accord avec toi sur le principe de ne pas avoir à être obligées.
    Mais en réalité, que ce soit homme ou femme, on « doit » (ou en tous cas on le fait en majorité) prouver notre genre. Il y a un « type » qui définit ce que doit être un homme, ou une femme, dans chaque société. Je ne dis pas que c’est bien, mais c’est une réalité, et on agis tous en fonction. Que ce soit en allant à l’encontre ou non, on prend en considération ce type défini, et on se comporte en fonction.

    Après, je suis entièrement d’accord avec toi quand tu dis que l’on se sent femme comme l’ont sait que l’on aime pas une matière,etc.
    Mais je me dis que justement, quand on se sent femme (et alors tout le monde, que ce soit les jeunes filles qui le deviennent, celles qui le sont déjà, les transsexuelles, vraiment tout le monde)on a alors justement naturellement tendance à le montrer (ou à le prouver, tout dépend)avec son comportement, et des artifices, que l’ont appelle féminité.
    C’est justement notre identité, c’est tellement « évident » pour chacune d’être une femme, que ca devient presque logique de le montrer.
    Après, chacune sa manière de s’exposer en tant que femme :) ils y a des femmes qui vont montrer qu’elles sont des femmes en étant justement totalement naturelles, d’autres avec beaucoup plus d’artifices…
    Evidemment, dans le type de notre société, une femme poilue, nature au possible, sans maquillage, sans coiffage, etc, n’est pas considérée comme « féminine », mais c’est pour elle une manière de prouver qu’elle est une femme.

  • Athénaïs dit :

    Bravo Esther pour cet exposé assez complet, que tu as miraculeusement réussi à traiter en moins de 10 minutes!

    Je me faisais la réflexion en regardant les tenues vestimentaires de certaines religions si celles-ci n’étaient pas justement destinées à « gommer » la féminité (voire la masculinité, ou si, justement, elles ne révélaient pas la conception de la féminité selon la religion. Par exemple les amish qui cachent leurs cheveux sous un chignon, cachent leurs chevilles et portent une sorte de grand col qui cache la poitrine, ou encore les mormons qui portent des sous-vêtements particuliers qui obligent les vêtements à être plus longs aux manches et au niveau des genoux et du cou(pour les hommes comme pour les femmes)… C’est très compliqué la féminité, ou même, l’humanité!

    A bientôt!

  • Clémentine dit :

    Coucou, je ne veux pas paraître méchante, mais c’est un peu un contre-sens (ou un non-sens, comme tu le dis dans la vidéo) de dire « être une femme c’est se sentir femme ». Comment on peut se sentir quelque chose si ce même quelque chose n’a aucune définition? C’est comme si je te disais : salut toi, est-ce que tu te sens lfjeisndeklz?

    Moi je pense que la seule différence entre les hommes et les femmes (ou entre les femmes et les hommes, si ça peut faire plaisir à certains) c’est bien les attributs morphologiques (anatomiques, physiologiques, enfin bref) et qu’on ne devrait pas « attribuer » d’autres choses.
    Par exemple d’où vient le délire que le maquillage, les cheveux longs, les jupes sont réservés aux femmes? La sensibilité, aussi. Ah oui, et être nulle en maths, apparemment. Et encore plein d’autres bêtises.

    Aux dernières nouvelles (peut-être que je me trompe…) le cerveau des hommes et des femmes est le même, non ? Donc toutes les différences qu’on nous impose (ou que les femmes s’imposent elles-mêmes, par exemple l’épilation (qu’est-ce que ça me gave)), ne sont pas naturelles, ne sont pas innées, elles sont culturelles (désolée si je pars dans des grands mots, peut-être que je suis à côté de la plaque, libre à quiconque de me corriger hein :) )

    Tu n’es pas la première que j’entends (enfin, que j’écoute !) parler de genre, mais je trouve ça un peu débile, tout de même. Pardonne-moi mais c’est mon véritable ressenti. Ça me fait penser à l’âme, du genre (haha) quelque chose qui serait en nous, on ne sait pas pourquoi ni comment ni où ni quand et qui explique plein de choses insensées. Pour une scientifique, je trouve ça bizarre de dire « un genre féminin qui nait dans un corps masculin ». Si tu pouvais au moins approfondir cette phrase, s’il-te-plait, car je trouve que ça n’a ni queue ni tête…

    Voilà, et ça doit être la première fois de tous les temps que j’écris un commentaire aussi long, mais le jeu en valait la chandelle !
    J’espère que tu me répondras Esther, et surtout ne prends pas ce commentaire méchamment, ce n’était pas le but ! :)

    • Esther dit :

      Je n’ai rien compris à ton point de vue. Penses-tu que les différences hommes/femmes sont acquises ou innées? Parce que tu sembles dire que ce sont des clichés de dire que les femmes sont nulles en maths et les hommes pas sensibles mais après tu sembles dire que les femmes sont des femmes car elles ont un vagin et les hommes des hommes car ils ont un penis.

      PS: Si tu te sens obligée de dire des choses comme « ce n’est pas méchant » ou « ne le prends pas mal », c’est que tu penses qu’il y a une éventualité que ton propos paraisse méchant et qu’il soit vexant (ce qui n’a pas été le cas je te rassure). Dans ce cas, remet en question ta façon de communiquer. Si tu pense que tes mots pourraient être vexant alors emplois-en d’autres plutôt que de dire « ne te vexe pas »…

  • Marion Cat dit :

    J’ai lu les commentaires, je suis contente que ta vidéo puisse aider des personnes.
    En fait, avec tout le respect que j’ai pour tes réflexions, je ne vois pas trop l’intérêt de me poser ce genre de question (à moi bien-sûr). De mon point de vue, seule la personnalité compte. Doit-on réellement se définir dans un genre ?

    Comme toi, je suis convaincue que les magasines féminin véhiculent des clichés. Le pire reste Cristina Cordula dans Nouveau Look pour une nouvelle vie, je ne sais pas si tu regardes. A chaque fois je suis sidérée par ses concepts de la féminité.
    J’espère bien que les femmes ne sont pas persuadées qu’elles sont féminines parce qu’elles portent des boucles d’oreille, des cheveux lâchés ou du rouge à lèvres… J’ose espérer… J’espère que les gens n’ont pas attendu ta vidéo pour le penser (dsl hein^^).

    Je pense surtout que les médias et les industriels affichent la féminité comme un concept marketing : l’obligation de s’épiler, l’obligation de porter des soutifs etc… Tout ceci est érigé en règle pour être « une femme qui se respecte ». J’aurais tellement de choses à dire sur ce sujet…

    Je voulais te dire que j’aime vraiment beaucoup ton blog, ta chaîne. Tu me donnes vraiment envie d’en faire un à mon tour.

    Bises,
    Marion

    • Esther dit :

      Bonsoir Marion,
      Merci, c’est très gentil. Oui je suis d’accord sur le fait qu’on n’ai pas besoin de se définir dans un genre. Je trouve que meme si c’est le cas, on peut se poser legitimement la question de la feminité. Personnellement, je me définit en tant que femme. Je ne suis pas uniquement une femme mais cela est un aspect fort de mon identité. =)

  • Nina dit :

    J’étais très inquiète en cliquant sur le bouton play parce que c’est un sujet délicat et souvent très mal traité (avec tout pleins de clichés, de sexisme, de transphobie, très hétéro-centré etc..). En fait ta vidéo est parfaite ! Tu as justement « dénoncée » tout ça et ça fait vraiment plaisir. Alors merci, c’est agréable de voir des personnes intelligentes et ouvertes d’esprit s’exprimer là-dessus. Bref merci beaucoup pour cette vidéo.

  • kenza dit :

    Un theme tres interessant ! mais la question que tu m’as fait me poser c’est Qu’est-ce que ca veux dire « se sentir FEMME ». j’ai l’impression que c’est un peu bizarre de dire d’un coté qu’on n’est pas une femme car on nait avec un corps de femme mais qu’on est femme car on se sent femme. Comme si etre un femme etait « penser comme une femme » mais qu’est ce que ca veut dire ?
    merci pour ce random talk encore une fois passionnant

    • Esther dit :

      Je ne dirais pas qu’être une femme c’est « penser comme une femme ». Pour moi c’est plus un ressenti. Mais c’est quelque chose qui se construit au cours des années. Personnellement, je ne me sentais pas femme il y a encore quelques années ou plus exactement, je n’arrivais pas à employer ce mot pour me définir. Pour autant, je n’ai jamais douter de mon genre. Bref, je ne pense pas qu’il y ai une définition de « se sentir femme » puisqu’il s’agit d’un ressenti.

  • Emmanuelle dit :

    Super vidéo qui dénonce des clichés et ça fait plaisir! Rien n’est inné dans nos comportements (c’est pas génétique d’aimer le rose ou d’être nulle en bricolage par exemple) et beaucoup ont du mal à le comprendre. Physiquement j’ai tout d’une fille mais mentalement pas du tout et quand on me dis que je ne suis pas une vraie fille ou que je suis un mec (jamais méchamment c’est toujours sur le ton de la blague) ça a tendance à bien m’énerver. Je me sens femme mais j’ai eu une éducation non genrée avec des parents qui n’ont jamais fait de différence entre mes frères et moi. Je sais que dans une ancienne vidéo tu avais dit que ne te définies pas comme féministe mais pour moi tu l’es. Pas dans le sens de « fémi-nazi », de misandre ou même de « engagée dans un mouvement » mais dans le sens d’égalitariste et de combat des clichés. J’aime beaucoup ton ouverture d’esprit donc j’espère que tu le prendras pour un compliment
    Continue comme ça tu es mon bol d’air frais de youtube!

    • Esther dit :

      Oui tu as bien résumé pourquoi je ne me définit pas comme féministe. Je ne me reconnais pas dans un groupe a qui on associe des action et des opinions qui ne sont pas toujours les miennes. Non je ne suis pas FÉMINISTE mais plutôt ÉGALITARISTE, s’il faut vraiment me coller une étiquette car personnellement, je n’y tiens pas plus que ça. Les étiquettes mènent aux incompréhensions et aux extrêmes. Je pense être quelqu’un de tout sauf extrême.
      Merci d’avoir pris le temps de regarder la vidéo et de l’avoir commentée. Merci! Je ne compte pas m’arrêter de si tôt rassure toi!

  • Laura P dit :

    Très bonne vidéo ! Tes réflexions me ramènent à un blog que j’affectionne beaucoup ‘Les questions composent’ http://lesquestionscomposent.fr/page/12/
    http://lesquestionscomposent.fr/page/16/
    Cette jeune femme me fait beaucoup penser à toi, elle aborde la féminité dans le sens global mais surtout m’aide à me poser les bonnes question sur des sujets tabous. (le sexisme,le viol,le genre, la prostitution, éducation mais aussi végétalisme !) Malgré ses idées bien (trop?) tranchées parfois.

  • Clémentine dit :

    Merci Esther pour ce RT, très intéressant. La réflexion que je me suis faite tout au long de ta vidéo c’est que je pense que le mot « féminité » lorsqu’il se rattache aux attributs-clichés fait par le grand public, est un concept totalement masculin, l’homme lambdas à première vue est attiré (et le mot en bien choisi) par sa vision de la féminité, il va se dire « celle-là me fait susciter du désir car c’est une « vraie femme ».
    Mais au fond lorsque l’on retire les clichés attachés au mot « féminité », ce dernier n’évoquerait-il pas le fait qu’il n’y a rien de plus féminin que d’être lesbienne. C’est un point de vue, pas le mien car je suis hétérosexuelle, et personnellement le moment où je me sens le plus femme c’est celui où je suis avec un homme qui m’attire, qui me semble viril; et cela est dû aux sois disant hormones du plaisir, et la testostérone (enfin je crois, je suis une littéraire, j’y connais pas grand chose).
    Voilà comme toujours tes RT sont des sujets totalement ouvert, qui font réfléchir, et qui pour m’a part m’ouvre l’esprit chaque mois (sans exagérer, tu es quelqu’un de très intéressant).

    Bonne continuation,

    Clémentine

    • Esther dit :

      Oui j’aime bien ce que tu dis, je n’y avais pas penser. Le mot « feminité » est peut être aussi un concept masculin. Les hommes ne se demandent pas s’ils sont masculins par exemple. Bref. Merci pou ton commentaire. A très bientôt dans un prochain random talk alors! ;)

  • Almonyle dit :

    Bonjour Esther,
    Il est très rare que je commente les nombreuses vidéos que je regarde. Mais là, je me dois de réagir. La féminité, le féminin, tout ça, c’est un peu le sujet de mon mémoire de Master 1 ; il me manque encore pas mal de lectures, beaucoup d’heures de stage à réaliser, mais j’ai quelques petites idées sur la question.
    Et comme on ne choisit jamais son sujet par hasard, surtout en psycho, toutes les questions que tu as abordées me sont aussi passées par la tête, bien avant que je commence mon cursus.
    Et c’est un sacré bordel tout ça… Qu’est-ce qui tient de l’inné, des hormones, des structures cérébrales, et que sais-je encore ? Qu’est-ce qui tient de l’acquis, des composantes sociales de la culture dans laquelle on grandit, de ce qu’on nous apprend, de ce qu’on voit à la télé ?
    Ce n’est pas pour rien que Freud disait de la femme qu’elle était « le continent noir de la psychanalyse ».
    Et c’est incroyable le nombre de publication qu’on trouve à ce sujet (d’ailleurs, si l’approche psychanalytique de la question t’intéresse, il y a beaucoup d’articles super intéressants sur Cairn, et je peux te conseiller quelques auteurs, il y a des théories assez surprenante, parfois).
    Beaucoup d’auteurs pensent que la féminité, c’est quelque chose qui se construit, au fil des transformations de notre corps. Règles, poussée des seins, ménopause, grossesse, premier rapport sexuel. Je pense qu’il y a du vrai, mais du coup, ça ne peut parler que des femmes qui sont nées femmes ; ça n’explique donc pas tout.
    Les théories sur le genre, les questions autour de la transsexualité (passionnant) ne règlent pas vraiment la question non plus.

    Je pense qu’il y a trop de paramètres à prendre en compte pour trouver une réponse simple à la question que tu nous as posée. D’autant qu’avant d’être une femme, on est un individu, dans sa singularité.

    Personnellement, j’ai la chance d’être bien dans mon corps de femme. Et de me sentir femme. D’être épanouie dans ma sexualité, et à l’aise avec ma « physiologie » féminine. C’est sans doute parce que j’entends très souvent autour de moi que ça ne vient pas aussi naturellement à toutes les femmes que je m’intéresse autant à ce sujet…

    Sur ces bonnes paroles, je vous présente mes excuses pour le pavé.

    PS : Et by the way, merci mille fois de m’avoir fait découvrir Solange te parle.

    • Esther dit :

      Bonjour!
      Merci pour ton commentaire. J’apprecie que tu aies pris le temps. Je veux bien que tu me conseilles quelques auteurs effectivement. N’hésites pas à m’écrire un email. On pourra échanger la dessus avec plaisir.
      Très belle journée à toi!
      PS: Mais de rien! ;)

  • carolescargot dit :

    Sujet intéressant !

    Sympathique de voir des sujets qui font réfléchir et qui dénote de ce que l’on peut voir habituellement sur youtube. Je me suis donc posé la question et je pense que mes conclusions sont les même que les tiennes . En tout cas je suis ravis et j’espère que les sujets tel que celui la fait réfléchir les plus jeunes ( ainsi que les autres ) mais surtout les plus jeunes et que cela les aides à percevoir notre société mais surtout à s’y sentir bien!

    Bon boulot Esther !

  • Trèfle dit :

    Je trouve ta démarche extrêmement intéressante ; que tu abordes ce sujet en rapport avec ce que tu fais sur youtube.
    Et puis ça me fait rire parce que moi aussi quand je me pose des questions je cherche des définitions dans le Larousse. Mais depuis qu’il a dit (le Larousse) qu’un couple c’était « un homme et une femme », je songe à changer de dico.
    (Ça me rappelle, au lycée, quand on avait abordé la partie du programme de SVT sur la reproduction, on avait cherché « qu’est-ce qu’un homme » et « qu’est-ce qu’un femme » sur google pour voir ce que les gens en pensent. On avait flippé aussi. Sur la question du genre internet c’est pas triste. *_*)
    Bref, je m’égare.
    J’voulais dire que je suis ta chaîne (depuis pas mal de temps déjà) alors que j’en ai pas grand chose à faire du makeup (je n’en mets jamais). Je te suis parce que je trouve intéressant ce que tu dis à propos de l’image, des sciences, de la sexualité, du genre. Du coup c’est vachement intéressant de savoir comment tu définies ta chaîne, qui est, pour ce que je peux en voir, un peu un ovni sur youtube.
    Je n’ai pas l’impression de la suivre uniquement parce que je suis une femme (j’ai toujours du mal à dire « je suis une femme », j’ai l’impression persistante d’être trop jeune pour ce mot – j’ai presque 21 ans), je pense que si j’étais un homme, ce que tu dis serait tout aussi susceptible de m’intéresser. Mais effectivement, je ne sais pas si j’aurais eu l’idée de cliquer sur une de tes vidéo si j’avais été un homme. (Une nana qui se film en train de causer toute seule et qui fait des vidéos de makeup ? Bah elle doit parler de fringues, de tampons, de repassage et de paillettes UNIQUEMENT, pas possible que ça ait un quelconque intérêt.)
    Ça me renvoie à ce post que j’ai lu récemment en fait :
    http://diglee.com/foie-gras-et-chapeaux-cloche/
    Bon je pense que je dévie un peu du sujet et que c’est un peu le bordel mon commentaire, mais VOILA, je tenais à m’exprimer pour une raison inconnue.
    En tout cas, merci de partager des réflexions / interrogations. C’est précieux.

    • Esther dit :

      Haha ton message m’a beaucoup plus de par sa spontanéité. Merci d’avoir pris le temps de commenter. Et merci pour le lien. ;)

  • Clémentine B. dit :

    Merci pour cette vidéo hyper intéressante et très bien pensée. J’ai limite envie de la faire partager au monde entier !
    J’ai lu un article il y a plusieurs années sur des parents (souvent des mères) qui décidaient de ne dévoiler à personne le sexe de leur enfant. Ils/elles leur donnaient un prénom unisexe et les habiller ni comme une fille, ni comme un garçon ou parfois avec une robe, un pantalon… C’est pour leur laisser leur libre-arbitre en quelque sorte, pour les laisser décider eux-mêmes de leur genre, plus tard, quand ils seront en âge de comprendre la démarche. Je voulais savoir ce que tu en pensais ?
    Personnellement je trouve que c’est un peu pousser à l’extrême la problématique de la féminité/masculinité et des genres. Ou peut-être que c’est une bonne chose et que cet enfant n’aura pas de problème d’acceptation de soi et pourra décider librement de qui il souhaite être. Je ne sais pas. Qu’en pense tu ?

    • Esther dit :

      Bonjour Clémentine! Mais fait le! Partage! ^^

      Humm… j’avoue que c’est une question que je me suis deja posée. Le débat est compliqué puisqu’à la fois tu ne veux pas imposer un genre à ton enfant mais en qu’en même temps, donner des « guides » lui permettra de construire son identité plus facilement. On n’a pas non plus envie que notre enfant soit complètement perdu devant son genre alors que cela n’aurait peut être pas été compliqué pour lui s’il avait été élevé autrement. Je dirais que je pense que donner des « lignes directrices » n’est pas une mauvaise chose dans la mesure ou ce n’est pas extrème et que l’on reste à l’écoute de notre enfant. Personnellement, je n’empêcherais pas mon fils de faire de la danse classique ni ma fille de jouer qu train électrique (si ce genre de petite chose existe encore d’ici là! ^^) s’ils le souhaitent. La grande majorité des gens sont nés avec le sexe qui corresponds à leur genre. Pour les personnes transexuelles, beaucoup le savent très tôt. Dans ce cas j’espère être une maman à l’écoute et changer mon attitude si je me rends compte que mon enfant n’est pas du genre de son sexe afin de lui facilité la construction de son identité. Je trouve personnellement qu’il n’y a pas un age pour dire « je suis un garçon » ou « je suis une fille ». Beaucoup d’enfants (transexuels ou non) on une vision définitive de la question très très tôt. =)

  • Océane dit :

    Bonjour Esther,
    Je trouve ce sujet très intéressant et j’aime le fait que cela nous entraîne à mener notre propre réflexion; c’est un super concept. Habituellement lorsque je regarde les vidéos de youtubeuses, je ne commente que très peu mais cette vidéo m’a donnée envie d’exprimer mon opinion.
    Tout d’abord ta réflexion est très intéressante car tu prends en compte les cas particuliers (Homosexualité, transsexualité…) et tu essayes de proposer une nouvelle définition qui rompt avec ce que l’on a l’habitude d’entendre. Cependant, il y a certains points sur lesquels je suis en désaccord, alors certes une personne est femme si elle se sent femme donc c’est quelque chose qui s’acquiert psychologiquement au fil du temps mais le physique, les artifices tels que le maquillage, les cheveux, la mode aident une femme à se sentir femme. Tu sembles en désaccord avec le fait qu’une femme se sent femme grâce à l’homme (ou la femme pour les homosexuels) mais pour ma part cela me semble l’un des points les plus importants. Qui ne s’est jamais sentie au mieux lorsqu’elle est aimée ? Personnellement, je trouve que le fait de plaire nous aide à acquérir une plus grande confiance en soi mais également d’améliorer notre bien-être. Se sentir aimée aide la femme à se sentir femme, une femme va de paire avec un homme (ou une autre femme). L’être aimé sublime notre propre être et notre féminité, elle nous donne l’impression d’exister, comme on dit : « l’amour rend aveugle », cette citation peut prendre divers sens, mais ne pourrait-elle pas nous rendre aveugle de nos complexes également ? Et ainsi permettre à la femme de s’accepter et par conséquent de prendre conscience de sa féminité même si elle ne se traduit pas par tous les artifices et tous les clichés qui tournent autour de la féminité. Je pense donc que ta réflexion est très intéressante mais elle ne devrait pas se limiter à notre propre personne, nous vivons en société et les autres ont un impact sur nous, et dans ce cas précis sur notre féminité. Il faut garder en tête qu’il n’y a pas de « canon de la beauté » et que chacun est fait pour plaire à une autre personne. On ne peut pas écarter notre féminité de la société, je pense qu’elle se dévoile autant en notre for intérieur que dans la société dans laquelle nous vivons. Une femme qui ne répondrait pas aux « critères de la femme » (oui c’est bien horrible mais c’est un peu cela que la société véhicule) peut parfaitement être féminine et c’est pour cela, je pense, que tu as voulu écarter la définition de la féminité, de la société, car la société l’entraînerait plutôt à penser qu’elle n’est pas féminine. Il fut d’ailleurs un temps où la « coupe garçonne » qui s’est développée au cours des années folles étaient signe de l’émancipation des femmes et de leurs volontés d’égalité entre les sexes. Le fait qu’une femme porte cette coiffure auparavant était inimaginable, être femme passait beaucoup par l’apparence, par l’esthétique … Tout cela pour en venir au fait que la définition de la femme et de la féminité évolue avec l’histoire, avec le combat des femmes (et des hommes) justement et avec l’acquisition de certains droits et de libertés. Un exemple très récent concernant le combat mené autant par les hommes que les femmes pour acquérir le droit du mariage entre personnes du même sexe, nous montre également une évolution qui rejoint ce que tu disais un homme peut se sentir femme même s’il n’a pas de vagin ( je ne réponds pas au cliché qui dicte que dans un couple homosexuel, je parle ici d’hommes, il y en ait un qui « joue » le rôle de la femme), mais certains homosexuels sont des femmes dans leur esprit et cela se traduit bien souvent par une extériorisation de cette femme au travers de vêtements, de maquillage, du comportement et même du langage. Il faut arrêter de croire que chaque chose a sa place dans la société et qu’une femme est femme car elle a un vagin et des seins et un homme est homme car il a un pénis. C’est certes la définition biologique mais le temps nous a montré que tout se passe essentiellement dans la tête. Bon je pourrai encore débattre longtemps sur ce sujet mais je crains que ça ne devienne trop ennuyant, merci de m’avoir permise de mener cette réflexion que je n’aurai certainement jamais eu sans ta vidéo,
    Bisous et bonne continuation, ce que tu fais est très intéressant et appréciable,
    Océane.

    • Esther dit :

      Bonjour Océane,
      Humm… Je trouve que tu confonds confiance en soit et féminité. Effectivmeent, se sentir aimé permet souvent de gagner en confiance en soit mais cela n’a rien à voir avec notre identité. On ne parle pas de son rapport avec les autres ici mais bien de soit et de ce que nous sommes en tant que personne. Et c’est vrai que nous vivons en société et que le regard des autres contribue à nous faire de venir la personne que nous sommes (je suis la première à le dire. cf: le dernier random talk). En l’occurence, le regard des autres sur ce que doit être la féminité ne me convient pas et c’est pour cela que je propose d’en changer plutôt que de faire avec et de dire « c’est la société » car nous faisons la société dans laquelle nous vivons!

      Attention cependant dans ce que tu dis ensuite. Tu fais l’amalgame entre homme, homme hétérosexuel et femme transsexuelle notamment lorsque tu dis « certains (hommes) homosexuels sont des femmes dans leur esprit et cela se traduit bien souvent par une extériorisation de cette femme au travers de vêtements, de maquillage, du comportement et même du langage ». Le combat pour la légalisation du mariage homosexuel n’a rien à voir avec le débat sur la féminité. Encore une fois, on fait l’amalgame entre sexe, genre et sexualité…

  • Salut Esther,

    Pour moi, la féminité cela réfère à un ensemble de traits de caractère proprement féminins. Il y a une part innée qu’il ne faut pas nier. Être féministe et féminine ce n’est ni la même chose, ni antinomique.
    Quand on réduit ça au maquillage, au paraître et à la séduction, cela m’attriste, voire cela m’agace! Pourtant j’aime le maquillage, mais ce n’est pas ça qui fait de moi une femme féminine!
    Connais tu le mouvement des antigones et qu’en penses tu?
    BVV.

  • Juliette M dit :

    Merci pour cette vidéo, un peu d’ouverture d’esprit est toujours la bienvenue !
    Il y a des milliers de manières d’être femme et heureusement !
    Je reste cependant perplexe quant à l’extrait de Femme Actuelle car personnellement le monsieur qui me regarde avec des yeux libidineux dans la rue ne change rien à ma féminité…

  • marine3388 dit :

    coucou Esther!
    encore un magnifique sujet ^^
    et j’ai énormément adoré ton « évolution » avec les clichés de la féminité (cheveux, bo, maquillage, ral)tout au long de la vidéo, ce m’a énormément interpellé!
    félicitation!

  • WEHRLE Marie dit :

    Coucou :)
    Bonnes vacances et bonne récupération de ta thèse, maintenant qu’elle est déposée \o/ !!

    Alors, je suis d’accord avec toi, dans l’idée qu’il y a le genre féminin, et que certaines femmes se retrouvent dans le corps d’un homme.
    D’autant plus que même les femmes qui naissent dans un corps de femmes, doivent (je pense) prouver au quotidien qu’elles sont des femmes dans la société, justement par l’apparence, les artifices, etc… Ce qui veut bien dire qu’il y a une manière d’être ou de devenir féminine dans notre société.

    Après, là où je ne comprends pas, et j’ai l’impression justement que tu te contredis, c’est que tu expliques que justement des femmes naissent dans le corps d’hommes, et pourtant, ensuite, tu considère que la féminité est acquise, et qu’on a pas besoin de la prouver (je résume hein, je vais pas répéter tous tes mots :p)..
    Et pourtant, une femme dans un corps d’homme, va devoir tout créer et tout prouver! Parce qu’elle n’a malheureusement absolument rien de féminin physiquement et physiologiquement, il va falloir jouer d’artifice pour être une femme.

    L’article marie-claire m’a achevée aussi dans ce que tu as lu mdr!!! Impossible de lire des conneries pareilles.
    Je me considère comme une femme très féminine au quotidien parce que je prend soin de moi tous les jours, je me lève tous les jours pour paraître « au mieux de moi même » et je ne parle pas que d’apparence, mais aussi dans ce que je transmet (sourire, gentillesse, joie et optimisme…)
    Et pourtant pas une seule seconde, je me dis dans la journée « je plais aux hommes, je suis une femme »… ou que je dois leur plaire?! Je me suis même jamais dit que je me prépare de telle manière pour leur plaire…

    Après, je pense que les gens font l’amalgame entre féminité en confiance en soit!
    Il y a des femmes dites féminines dans l’idée populaire, et qui pourtant ont une confiance en elle-même tellement basse qu’on ne les trouve pas spécialement resplendissante ou belle, mais on voit juste le mal-aise qui transparaît.
    De la même manière qu’il y a des femmes qui sont très naturelles, et qui justement n’usent que très peu des artifices qui font (selon Marie Claire) la féminité, et qui paraissent féminine…
    Les gens se trompent entre féminité, beauté, confiance en soi…

    • Esther dit :

      Bonjour Marie,

      Merci du petit clein d’oeil sur mes vacances. Je recupere bien oui!

      Non je n’ai pas dit que les femmes devaient « prouver » leur féminité. J’ai effectivement dit qu’il s’agit de quelque chose que l’on s’approprie avec les années. COmme tout trait d’intentité fort, il faut (très souvent) prendre le temps de se l’approprier. Pour ma part, je n’ai jamais eu de doute concernant mon genre mais pour autant, il y a encore quelques années, je n’utilisais jamais le mot « femme » pour me definir car je ne me sentais pas « femme ». C’est une identité forte qu’il m’a fallu m’approprier.

      Je ne suis pas d’accord avec le fait que les femmes doivent prouver au quotidien qu’elles sont des femmes. C’est à nous de changer ça. Aucune femme devrait avoir a prouver quoi que ce soit à qui que ce soit que ce soit avec des artifices ou des attitude. On a pas à prouver qui on est!

      Moi je ne me sens pas femme car je prends soin de moi tous jours ni parce que je suis souriante. Je me sens femme tout cours dans mes trippes. C’est un ressenti qui ne se questionne pas. Je me sens femme comme je sais que je suis hétérosexuelle, ou plus legèrement au même titre que je savais que je n’aimais pas l’histoire géo à l’école ou que je sais que j’aime la musique electro aujourd’hui. C’est juste quelque chose qui fait parti de mon identité, de ce qui me définit au même titre que certains traits de caractères ou de personnalité.

      Si l’on confond confiance en soit et féminité, c’est parce que quelqu’un qui affirme ses traits de caractères est généralement quelqu’un de sur de lui. On pense donc qu’en tant que femme on devrait (si on assume sa féminité ou si on se sens bien avec cette identité), utiliser des artifices féminins pour assoir cet aspect de notre identité. Je ne suis pas d’accord avec ça personnellement. =)

  • Julia dit :

    Bonjour Esther !
    Sujet très intéressant ! Je suis entièrement d’accord avec toi quand tu dis que la féminité, ça n’est pas la sexualité, le genre ou le sexe.

    Et j’avais tiqué sur ces petits ajouts justement (cheveux lâchés, boucles d’oreilles, rouge à lèvres) en me demandant ce que tu allais bien pouvoir nous dire ;-)
    Ces random talks sont définitivement très intéressants et agréables à regarder (et puis le cadre est superbe!)

    Belle journée :)

  • Fetoune dit :

    Bonjour,
    Merci pour cette petite discussion.
    Pour ma part, j’ai commencé à avoir des problèmes typiquement féminins (menstruations) à l’âge de 14 ans. J’ai consulté plusieurs gynécologues dont 1 très réputé qui m’a donné des médocs parmi les plus « puissants »… et mes règles ne sont toujours pas redevenues régulières (jusqu’à maintenant, à 26 ans). A l’époque, ce gynéco m’a dit une chose qui m’a à jamais marqué l’esprit: « t’es sûre que tu es une femme »?
    Je t’avouerai que cela m’a traumatisée, même s’il a dit ça sur le ton de l’humour, à chaque fois que j’avais mes règles, c’était la fiesta. Je me sentais enfin comme les autres, enfin une femme. Et pas un homme. D’autant que dans mes années collège et lycée, je jouais à être un garçon manqué (dans la démarche, l’habillement, le langage) alors quand mes seins ont commencé à pousser je n’ai pas assumé et j’ai adopté une posture voutée pour empêcher qu’on voit mes seins.A l’époque, on m’avait comparée à un animal masculin dans un film et au fond de moi, même si je jouais la fière, j’étais blessée.

    Maintenant j’assume avec fierté mes seins et mes courbes, mais j’ai mis plus de 10 ans à les accepter. Je pense maintenant être féminine, et que je ne l’étais pas il y a encore peu.

    En effet, je pense que la féminité ça n’est pas que l’apparence (même si personnellement ça m’a beaucoup aidée à prendre confiance en ma féminité de me mettre des robes, boucles d’oreilles, rouge à lèvres), c’est d’abord et surtout … une acceptation de soi et un changement d’attitude. Une femme peut être habillée comme un homme, mais dans son attitude elle peut être très féminine.

    Je pense qu’on peut se poser la même question du côté des hommes… qu’est ce que la masculinité?

    Tant qu’on n’arrive pas encore à assumer pleinement sa féminité pour une femme, je pense que les artifices (maquillage, bijoux, vêtements typiquement féminins) aident dans le processus d’acceptation de soi. Avant, par exemple, je ne mettais que de grosses boucles d’oreilles et créoles pour bien montrer que je suis une femme. Maintenant que j’ai évolué dans ma tête, je ne porte presque plus de boucles ou alors seulement des studs.

  • Claire dit :

    Salut Esther,

    un petit mot pour te dire que j’ai beaucoup aimé ta vidéo et pour ma part, je n’avais pas particulièrement remarqué tes changements physiques au gré de la vidéo tant j’étais intéressée par ce que tu disais avant tout.
    Pour moi, être féminine c’est avant tout un état d’esprit et nous n’avons pas besoin sans cesse d’être sur notre 31 pour se sentir femme. Nous donnons à la définition de féminité ce que nous voulons qu’elle soit et comme tu l’as si bien dit, je ne me sens pas devenir masculine parce que je suis démaquillée, en jogging ou pas coiffée;)
    Merci pour la vidéo! Et bonne journée!

    Claire

  • Marie dit :

    Pour moi, il y a une pression démesurée qui s’est installée sur les femmes autour du concept de féminité. Une femme féminine devrait toujours être apprêtée, distinguée, parfaite. Je pense que la féminité ça se passe plutôt à l’intérieur et non par rapport à ce que l’on veut renvoyer à l’autre.

  • unefille dit :

    Bonjour Esther,

    Je suis d’accord avec toi. La féminité n’a rien à voir avec le physique.
    L’aspect du corps ne dicte pas le genre que l’on peut être.
    Ta vidéo m’a beaucoup touchée.
    En effet j’ai appris il y a 1 an que j’étais atteinte d’une maladie qui allait petit à petit faire disparaitre ce qui fait de moi une femme (clitoris et vagin). J’ai 25 ans et j’ai beaucoup de mal à vivre avec cela.
    Je pense souvent aux femmes qui ont été opérées suite à un cancer su sein … Peut-on rester une femme en ayant perdu ce qui fait de nous des femmes ?
    J’essai de me convaincre que oui, parfois j’ai du mal.
    Aujourd’hui grâce à ta vidéo je pense que oui.
    Quand j’aurai un coup au moral je la regardeari pour me faire du bien ;-)
    Merci beaucoup, bisous

  • Camille dit :

    Je suis d’accord avec toi, d’autant plus que j’y suis sensibilisée de part mon travail ou je suis en contact avec des gens qui sont sans cesse en question avec cette notion. Il y a là aussi un énorme travail à faire sur l’idée que la féminité est liée aux hormones, donc aux ovaires, ou à la capacité à donner la vie, donc à la détention d’un utérus ou d’un vagin. Ce qui pose alors un grand trouble quant à l’identité suite à une ablation par exemple.

    Vraiment cool cette idée des random talks!

    PS: Je n’ai as eu le temps de commenter ta dernière vidéo, mais je me souviens que je voulais te conseiller un truc&astuce qui me sert au quotidien: je mets du liner gel (meme sec, d’ailleurs c’est mieux) en pot à l’aide d’un crayon nul qui ne me sert qu’à ça que je trempe dedans. Ca tient toute la journée et c’est garanti sans transfert!

  • Emilie dit :

    Premier commentaire ici, pour te dire que cette vidéo devrait être déclarée d’utilité publique :D
    Je suis d’accord avec toi sur toute la ligne. Tu vas plutôt à contre-courant de ce qu’on voit et entend en général dans les magazines, à la télé, sur Youtube même… Et ça fait un bien fou. Merci d’avoir démonté les clichés et d’avoir pensé aux personnes transgenres et homosexuelles :)

  • Diane dit :

    Je ne suis pas trop d’accord avec le genre et le fait qu’on puisse avoir les caractères d’une femme mais pas en être une !!
    Mais chacun son avis !!
    C cool que tu fasses ce genre de vidéo !!

    • Dune dit :

      alors selon ton raisonnement, si jamais on te donnait des hormones masculines qui te feraient avoir un corps masculin, tu cesserais comme par magie de te sentir femme, féminine, ou d’adopter des codes féminins (vêtements, maquillage)? ça ne fonctionne pas comme ça, ton genre serait plus fort que ça.
      remettre en cause le genre c’est comme remettre en cause l’air qu’on respire ou le temps qui passe, c’est inutile, c’est là qu’on le veuille ou non.

  • julie dit :

    Salut , alors le thème de ce mois ci ma beaucoup touché. J’ai pris beaucoup de temps a comprendre si n’était vraiment une fille . Et je me rend compte que je m’était poser les même questions que toi :) . L’idée de te  »féminiser  »au fil de la vidéo donne une leçon . Avec comme.sans maquillage tu es très belles , parce que tu es toi même et souriante . Et ça c’est le plus beau des makeups <3 !

  • Morgane dit :

    Bonsoir Esther,
    Décidément tu m’insites à venir commenter tes vidéos, c’est comme si c’était nécessaire pour moi depuis mon premier commentaire sur ton dernier random talk. J’aime vraiment t’écouter nous dire tes propres idées, je pourrais faire ça pendant des heures. Tu permets une véritable réflexion chez moi, je me pose régulièrement des questions suite à tes vidéos ce que je trouve très positif.
    Petit bonus: plus je te regarde et je t’écoute et plus je te trouve un charme fou! J’espère que ta thèse sera validé, tu commençais presque à me manquer sur Youtube.
    Bisous

  • Steffy dit :

    Vidéo très clair, qui parle des sujets que peut de chaines aborde. Je me considère femme pourtant la société me range dans la catégorie masculin.. Tu as vraiment bien résumé la féminité :)

  • Répondre